Accueil

Compositions de L.M. Gottschalk
(Page en cours de développement ; liste et informations non complets )


Préambule :

Gottschalk n'a pas vécu assez longtemps pour composer de véritables oeuvres orchestrales. Mise à part sa symphonie n°1, les autres laissent souvent un goût d'inachevé (telle sa symphonie n°2 qui dure moins de 15 minutes). Enchaînant l'organisation d'énormes festivals, il composait souvent ces oeuvres dans la précipitation. Il n'avait alors plus le temps de se consacrer à autre chose qu'à la recherche du meilleur "effet". Ainsi, la très grande majorité de ses compositions concerne le piano (deux ou quatre mains/2 pianos). Là aussi, certains peuvent lui reprocher d'avoir un peu trop galvaudé son talent pour plaire et s'adapter au public plutôt que d'élever ce dernier. On pourra donc trouver certains morceaux naïfs ou trop sentimentaux.
Gottschalk donne ainsi facilement à celui qui ne retient que ces oeuvres, des raisons de le considérer comme un compositeur mineur et démodable. Cependant, c'est faire peu de cas de l'ensemble de ses compositions qui montrent généralement une grande recherche mélodique, rythmique et, n'en déplaise à certains, harmonique. De plus, découvrir les oeuvres de Gottschalk, c'est plonger dans l'univers musical de tous les pays où il a vécu. En effet, Gottschalk a toujours su s'imprégner de son environnement musical et en retranscrire des motifs ou la substance dans ses compositions. Ainsi, la Jota Aragonesa, Union, Souvenir de la Havane, Souvenir de Porto-Rico... sont autant de dépaysements musicaux.
Gottschalk a composé aussi dans tous les genres : Mazurkas, Polkas, Schottisch, Valses, Ballades... montrant souvent une inspiration chopinesque et a aussi succombé à la mode des transcriptions d'opéras : La chasse du Jeune Henri, Jérusalem, Miserere du Trovatore...

Le catalogue de ses oeuvres, tel que repertorié par Robert Offergeld (non exhaustif d'ailleurs) dépasse les 300 références. Cependant, de très nombreuses oeuvres ont disparu à jamais. Vous trouverez ici surtout des compositions pour lesquelles le manuscrit existe ou tout du moins des informations sur leur origine.

Les Informations proviennent des notes du compositeur, de biographies ou de livrets de CDs :
[1] : Les voyages extraordinaires de L.M. Gottschalk ou Notes of a pianist
[2] : Biographie de F.Starr
[3] : Biographie Vernon Loggins
[4] : Life & Letters de L.M. Gottschalk
[5] : Livret de CD (principalement ceux de l'intégrale de P.Martin...)

Titre de l'oeuvre
Année de création
Opus
RO
Interpretes Informations
Adios á la Habana
1859-1861



Avec "Souvenir de Cuba", son developpement probable ou son prémice, cette pièce fut composée en prévision d'un départ finalement retardé de Cuba(2).
Amour chevaleresque, caprice élégant en forme de schottish
1859
097
135
Philip Martin
Alan Mandel
Accessible aux pianistes amateurs, cette pièce, comme Fairy Land et Hurrah Galop fut écrite pour faire de l'argent. Gottschalk avait si peu de considérations pour ces oeuvres qu'il n'osait pas y associer son nom. D'où le pseudonyme de Seven Octaves.(5) (Nicholas/Battioni/P.Martin)
Apothéose, marche solennelle de concert
1859?
029
008

Ecrite en Guadeloupe, reprenant certainement la "marche solennelle"
Ay! Lunarcitos!! : contredanse
1860?



Pièce dans le style cubain.
Ballade
1853

271
Philip Martin
Ballade n°6
Posthume
085
014
Alan Mandel
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin

La meilleure ballade de Gottschalk qui en a composé plus d'une douzaine(5)(Mandel)
Ballade n°7

087
015
Philip Martin Publiée après la mort de Gottschalk par Nicolas Esparedo.
Ballade n°8

090
016
Philip Martin
Bamboula, danse des nègres
1844-1845
002
020
Alan Mandel
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Utilise une mélodie populaire créole : "Quand patate la cuite na va mangé li". Bamboula est le nom d'un tambour qui a donné le nom à cette danse.
Gottschalk aurait entendu et vu cette danse au square Congo à la Nouvelle Orléans où les nègres dansaient cette danse.
Bataille
<1868
063 Posthume ou 64
025
Pietro Galli
Philip Martin
Ecrite pendant la période tumultueuse de son séjour en Amérique du Sud
Battle cry of Freedom, le cri de délivrance
1863
055
062
Alan Mandel Pièce élaborée sur des chants de la guerre civile américaine de Georges Frederick Root avec qui Gottschalk s'était lié à Paris
Berceuse (cradle song)
1860
047
027
Alan Mandel
Michael Lewin
Pietro Galli
Philip Martin
Ecrite en mémoire de sa soeur qui a surmonté une grave maladie dans son enfance. Basée sans doute sur le thème de la berceuse française : "fais dodo, mon bébé" , bien connue en Nouvelle Orléans.(1&5)
Canadian boat song
<1862

034

Ecrite pour quatre voix, cette pièce est une mise en musique d'un poème de Thomas Moore (1779-1852).(2)
Canal Gueydon




Ecrite en Martinique
Caprice élégiaque
1867-1869
056
038
Pietro Galli Pièce de salon sans grande envergure.(2)
Caprice espagnol
1851



Introduit au deuxième concert de Gottschalk à Madrid au Coliseo del Circo le 17/12/1851
Caprice-polka

076
044
Pietro Galli
Philip Martin
Espadero la réédita en Op79.
Charles IX. Marche triomphale et Final de l'opéra
1860

052, 157
Eugene List
En référence au roi français qui ordonna le massacre de la St Barthélémy. Cette pièce, la seule qui reste de cet opéra fut jouée pour la première fois à la Havane par + de 650 musiciens.(2)
Carnaval de Venise
<1852

045

Pièce de bravoure. Gottschalk composa aussi des variations pour voix sur cette pièce, malheureusement perdues(2)
Chanson de Gitano
1851

035
Philip Martin Publiée après 1975
Chant du martyr
1853?(2)
Posthume
049
Pietro Galli Pièce sentimentale.
Colliers d'or 1
1849
006 n°1
058
Alan Mandel
Philip Martin
Colliers d'or sont deux mazurkas dans lesquelles on peut voir l'influence de Chopin.(2)
Colliers d'or 2
1849
006 n°2
059
Alan Mandel
Philip Martin

Columbia
1859
034
061
Philip Martin Traitement de My Old Kentucky Home de Stephen Foster
Danse ossianique
~1851
012
064
Pietro Galli Révision de la polka op.1
Danza
1857
033
066
Alan Mandel
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Laure Favre-Kahn
Ecrite à Porto-Rico en Novembre 1857.
Dernier amour
1868(2)
062
073
Pietro Galli Rythme lancinant proche du tango.(2)
Drums & Cannon Polka
1861

074

Autre pièce patriotique.
El Cocoyé, grand caprice cubain de bravoure
1853
080
057
Philip Martin
Alan Mandel
Composée exprès à l'occasion du premier concert de Gottschalk à la Havane le 13 mars 1854. Tirée des carnavals afro-cubains de Santiago de Cuba des premières années du 19ème siècle. En 1850, l'oeuvre était couramment dansée et de nombreux compositeurs l'arrangèrent pour piano seul parmi lesquels Desverine.(5)
El silvido : contradanza
1857-1862




Exercice journalier pour délier les doigts





Fairy land Schottische
1859

091
Philip Martin Ecrite durant l'été 1859 alors que Gottschalk vivait à Matouba, une retraite isolée et montagneuse de Guadeloupe. Accessible aux pianistes amateurs, cette pièce, comme "Amour chevaleresque" et "Hurrah Galop" fut écrite pour faire de l'argent. Gottschalk avait si peu de considérations pour ces oeuvres qu'il n'osait pas y associer son nom. D'où le pseudonyme de Seven Octaves(5). (Nicholas/Battioni/P.Martin)
Fantôme de bonheur (illusions perdues)

036
094
Pietro Galli
Philip Martin
"Quelles compensations peut nous donner le présent si sombre lorsque nous le comparons avec la radieuse insouciance et les indicibles épanouissements de l'aurore de notre vie....Que d'émotions mortes dans le ru du désenchantement de la vie ! Que d'illusions perdues!...Les souvenirs de ce que nous avons été évoquent devant nous un fantôme que nous regardons tristement étonnés... "
(Gottschalk, 24/12/1863)(1)
Fatma
1848

032

Thème basé sur l'air Fatma de l'opéra d'Ambroise Thomas "Le Caïd"
Les Follets, (Forest Glade) Polka brillante
<1853

098
Philip Martin
Pietro Galli
Ecrite à Cape May, New Jersey pour répondre à une demande de l'éditeur J.E. Gould. (2)
Forget me not, Mazurka caprice
1869

099
Philip Martin
Alan Mandel
La maison d'édition "les Kunkel Brothers" lui demandant de lui écrire une pièce, Gottschalk écrivit ce poème sous la forme d'une Mazurka, et comme la pièce fut reçue seulement quelques semaines avant sa mort, on pense que ce fut sa dernière composition.(5)
Galop de tournoi (Tournament Galop)
1854

264
Alan Mandel
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin

Pièce jouée par Gottschalk à tous ses concerts aux Etats-Unis. Ressemble à celui de Alfred Quidant(5) (Nicholas/Battioni/P.Martin)
God save the Queen (America)
1850
041
106
Philip Martin
Alan Mandel
Jouée pour la première fois à l'opéra italien (Alan Mandel)(5). Oeuvre écrite pour une série de concerts qui se tenait à Genève à l'automne 1850 car elle servait à cette époque d'hymne national suisse comme pour plusieurs autres pays(5) (Nicholas/Battioni/P.Martin)
Gottschalk's Melody
1853


Philip Martin Pas de titre existant. Partition donnée à Philip Martin par une religieuse.(5)
Grand Scherzo
1869
057
114
Alan Mandel
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin
Ecrite en hommage au scherzo en mi Majeur de Chopin avec une section centrale très nostalgique (2)
Grande fantaisie triomphale sur l'hymne national brésilien
1869
069
108
Pietro Galli
Alan Mandel
Philip Martin
Nelson Freire
G. Novaes

L'hymne brésilien composé par Francisco Manuel Da Silva en 1831 a donné facilement matière à de superbes variations de Gottschalk
Hercule
1869
088
116
Philip Martin Etude dont le nom est censé représenter l'extrême difficulté.
Hurrah Galop, pas redoublé de concert
1859

118
Philip Martin
Composée en Guadeloupe, le début de ce galop ressemble au Galop de tournoi.
Hymne portugais
1869
091
290
Philip Martin
Eugene List
Oeuvre Posthume. Gottschalk n'est jamais allé au Portugal mais vu tous ses voyages en Amérique du Sud, ses variations sur les hymnes nationaux touchaient forcément son public.
I Don't see it, Mamma
<1864

119

Words by Henry C. Watson
Ignacia





Impromptu
1869
054
122
Alan Mandel Pièce de salon très lyrique dans la lignée chopinesque.
Infanta Dona Josefa Waltz
1852



Composée pour la soeur du roi et femme du gouverneur de la vieille castille lors du séjour de Gottschalk à Valladolid
Jerusalem
1850

126
Philip Martin

Fantaisie à deux pianos sur l'opéra de Verdi, jouée notamment à Bordeaux avec le pianiste Emile Forgues.

Jeunesse, Mazurka brillante
1859
070
129
Alan Mandel
Pietro Galli
Philip Martin
Composée en Guadeloupe.
L'étincelle (La scintilla), Mazurka sntimentale
1854
020
080
Alan Mandel
Marks&Barrett
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin

Cette mazurka, "étincelante" eut beaucoup de succés dans les librairies.
L'extase, pensée poétique
1856
061 Posthume
194
Pietro Galli
La Bataille de Carabovo
1859-1860

026
La Bataille de Carabovo Ecrite en Guadeloupe en réponse à une commande du général Pàez. Elle fut jouée devant l'armée entière de ce dernier à Barcelone après sa victoire dans la guerre civile au Venezuela. (2)
La Brise, valse de concert
1865

030
Philip Martin Ecrite par Gottschalk juste avant de quitter New York pour la dernière fois et fut donnée en souvenir de son ami Chas. F.Sanger. (5)(Nicholas/Battioni/Martin)
La chasse du jeune Henri, morceau de concert
1848-49
010
054
Philip Martin Première approche par Gottschalk de la fantaisie opératique. La pièce suit fidèlement le parcours de l'ouverture de l'opéra depuis longtemps oublié, le jeune Henri de Méhul (1797). En 1861, la pièce est jouée par un orchestre de 450 instruments et 40 pianistes à l'occasion d'un de ses concerts géants à la Havane.(5)
(Nicholas/Battioni/Martin)
La chute des feuilles
1860
042
055
Philip Martin Arrangement pour piano d'une pièce pour violon de Nicolas Ruiz Espadero
La Colombe, petite polka
<1865
049
060
Pietro Galli
Philip Martin

La Gallina (The Hen), danse cubaine
1859
053
101
Pietro Galli
Philip Martin
Alan Mandel
Marks&Barrett
Ecrite à la Havane.
La Gitanella
<1853
035
103
Philip Martin
La Glaneuse
1849

104

Pièce sur la ruralité française, thème en vogue à l'époque.
La jeune bergère et le chevalier
1859


190
Pietro Galli
Philip Martin
Composée en Guadeloupe, cette pièce raconte l'histoire d'une jeune bergère qui repousse les avances d'un chevalier. (2)
La Jota Aragonesa, Caprice espagnol
1852
014
130
Alan Mandel
Marks&Barrett
Pietro Galli
Philip Martin
Fragment du "Siège de Saragosse", ce thème espagnol célèbre est repris par Gottschalk lors de son voyage en Espagne.
La Mélancolie


167
Philip Martin
Etude basée sur une mélodie du harpiste Félix Godefroid.
La Moissonneuse
1848

173
Philip Martin Mazurka sur la France rurale comme "La glaneuse" (perdue). Thème très en vogue à l'époque, notamment dans l'art réaliste. (2)
La Savane, ballade créole
1845-1846
003
232
Michael Lewin
Pietro Galli
Philip Martin
Tirée d'une chanson de Nouvelle Orléans connue comme "Pov' piti Lolotte". La savanne se réfère au paysage que pouvait voir Gottschalk de chez lui.
Las patitas de mi sobrina : danza
1857-1861



Pièce de l'époque cubaine dédiée à une jeune fille de la Havane.
Last Hope, méditation religieuse
1854
016
133
Alan Mandel
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Michael Lewin
Pièce improvisée pour une femme de Cuba dont Gottschalk se prit d'affection et qui, peu avant sa mort, demanda à Gottschalk de jouer un air. Il improvisa alors ce qui allait devenir "Last Hope" qu'il eut ensuite l'habitude de jouer tous les soirs comme une prière nocturne.
Le Bananier, Chanson nègre
1845-1846
005
021
Cécile Licad
Alan Mandel
Marks&Barrett
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Une des premières pièces "exotiques" qui fit sensation à Paris. Dérive de la chanson créole "En avan' Grenadie".
Le Banjo 2 (deuxième banjo)
1852
030
024
Philip Martin Ce deuxième banjo est en fait la version originale composée deux ans avant le premier mais non publiée avant la mort de Gottschalk. Il fut introduit à un concert au "Mechanics' Hall à la Nouvelle Orléans, le premier février 1854. L'oeuvre fit sensation.(5) (Jeremy Nicholas/P.Martin)
Le Banjo, Fantaisie grotesque
1854-1855
015
022
Alan Mandel
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Air proche de "Camptown Races" de Stephen Foster.
Le chant du soldat
1855
023
051
Pietro Galli
Philip Martin
Alan Mandel
Présentée lors du premier ou plutôt du cinquième des concerts que Gottschalk donna au Dodworth's Hall de décembre 1855 à juin 1856.
Le Grillon, charme du foyer (Home Sweet Home)
<1864
051
117
Pietro Galli
Philip Martin

Henry Bishop (1786-1855) composa une mélodie à laquelle fut ensuite attachée le poème "Home Sweet Home". Les variations de Gottschalk sur ce chant populaire arrivèrent bien plus tard.
Le lai du dernier ménestrel
1849

132

"Schottische"
Le Mancenillier, Sérénade
1849
011
142
Pietro Galli
Philip Martin
Fait référence au mancenillier, arbre toxique existant dans les caraïbes et à la Nouvelle Orléans. Sans doute dérivée de chansons entendues par Gottschalk dans son enfance avec les origines Haïtiennes de ses ancêtres.
Le papillon
~1862

188

Chanson composée pour la soprano Carlotta Patti.
Le Siège de Saragosse
<1853



Cette pièce patriotique (pour l'Espagne) pour 10 pianos est la plus monumentale de Gottschalk. Seuls des fragments ont été conservés. Elle fait référence à la tentative de prise de Saragosse par Napoléon en 1808.(2)
Le sourire d'une jeune fille (Maiden's Blush)
1859

141
Eugène List
Alan Mandel
Après une introduction haletante, un air de valse émerge et la pièce termine par une coda chopinesque.(2,5) (Mandel)
Les Ardennes, Mazurka
1846

243
Philip Martin Certainement écrite pendant ou en souvenir d'un séjour de Gottschalk dans cette région.
Madeleine, étude
1869

140
Philip Martin
Etude originale et envoutante avec un beau chant continu de triolets de doubles croches.(5) (Jeremy Nicholas/P.Martin)
Manchega, Etude de concert
1860
038
143
Alan Mandel
Michael Lewin
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin
Inspirée par le voyage en Espagne en 1853 et finalisée en 1860. Rappelle le son d'un groupe mexicain mariachi.(5)
Marche de nuit
<1856
017
151
Alan Mandel
Marks&Barrett
Pietro Galli
Philip Martin
Extrèmement populaire pendant la carrière de Gottschalk
Marche de Tannhaüser
1863?

112

Arrangement pour piano d'une partie du célèbre opéra de Wagner
Marche Funèbre

064
Posthume
147
Pietro Galli
Marks&Barrett
Amiram Rigal
Belle marche aux accents tragiques et solennel même si on peut lui reprocher de voguer dans la vague sentimentaliste de l'époque.(5 : Rigal, 2)
Marche scandinave
1848

153

Gottschalk cherche l'exotisme dans les histoires nordiques. Oeuvre perdue
Marche solennelle pour orchestre et musique militaire


154


Peut-être la même composition que Apothéose (op.29). Jouée pour la première fois au Brooklyn Athenaum; le 14 octobre 1856(2)
Marguerite
1866
076 Posthume
158
Pietro Galli
Philip Martin
A Lima au Pérou, Gottschalk trouve refuge chez le phamacien Ernest Dupreyron. Il dédiera cette pièce à son épouse.(5)(Nicholas)
Mazeppa
1848-49

162


Mazurka
1849-1852


Philip Martin Publiée plus d'un siècle après la mort de Gottschalk.(5) (Nicholas/Martin)
Mazurka en mi mineur

Posthume

Pietro Galli
Minuit à Séville
1856
030
170
Alan Mandel
Pietro Galli
Philip Martin
Inspirée en Espagne en 1852 et finalisée en 1856.
En-tête :
"Au milieu de mes troubles
Je voulais m'endormir
Car quelqu'un qui vit comme moi
Quand il dort, il vit"
Miserere du Trovatore
1856
052
171
Philip Martin Jouée en duo par Thalberg et Gottschalk à un concert à New York dans les années 1850.(2)
Morte!! (she is dead)
1868
060
174
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin
Gottschalk considéra cette pièce comme une de ses plus abouties depuis plusieurs années. Il se sentit mourant en jouant cette pièce à son dernier concert à Rio et il mourut plusieurs jours aprés.
Murmures éoliens
1860
046
176
Pietro Galli
Philip Martin

Effort Lisztien pour capturer le son d'une harpe éolienne vibrant dans une douce brise nocturne.(2)
O Loving Heart Trust On
1864

181

Chanson dans la veine lacrymale de Gottschalk. Paroles de Henry C. Watson
O Waiting Heart
1907



Pas une composition distincte. Cette
chanson utilise en effet la musique de L.M Gottschalk avec des paroles de Frederick W. Root
O, Ma Charmante, Epargnez-moi
1861
044
182
Alan Mandel
Michael Lewin
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin
Le titre vient peut-être d'une réplique donnée par Gottschalk à une de ses charmantes élèves (4)(Letters & Life of LM Gottschalk)
Ojos criollos (Les Yeux Créoles)
1859
037
185
Alan Mandel
Marks&Barrett
Michael Lewin
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin

Composée originellement pour 4 mains, cette pièce eut un immense succés. Ecrite en Martinique, son motif rythmique fait penser au Cakewalk et un passage "off-beat" anticipe directement le jazz des années 1920(2).

Orfa, polka brillante
1859
071
186
Pietro Galli
Philip Martin
Marks&Barrett
Composée à la Louisiane
Ossian 1
1843
004 n°1
187
Pietro Galli
Alan Mandel
Philip Martin
Composées à 14 ans, ces deux ballades étaient d'ailleurs dédiées à sa mère puis ensuite à Camille Pleyel, ami de Gottschalk(5) (Mandel)
Ossian 2

004 n°2
187
Pietro Galli
Alan Mandel
Philip Martin

Partant pour la Syrie
1847



Improvisation sur cette marche militaire française
Pasquinade, Caprice
1869
059
189
Alan Mandel
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Un arrangement existe par Raphael Joseffy
Pensée poétique, nocturne posthume
~1852
062
178
Pietro Galli
Alan Mandel
Philip Martin
Pièce plutôt "classique" avec une belle ligne lyrique.
Pensive, Polka redowa
<1865
068 Posthumr
196
Pietro Galli
Philip Martin

Polka de salon
1844
001
207
Philip Martin Opus un de Gottschalk composé à 14 ans
Polka en La bémol
1859

275
Philip Martin Polka Joplinesque, préfigurant le cakewalk.(5) (Martin)
Polka en Si Bémol
1859

273
Michael Lewin
Philip Martin
Gottschalk aimait beaucoup les polkas et en composa plus de dix pour son public parisien, friand lui aussi de ce genre.(5) (Lewin)
Polonia
1859
043
210
Pietro Galli
Philip Martin
Mazurka de concert se voulant à l'origine une référence à Chopin.
Printemps d'amour, mazurka, caprice de concert
1855
040
214
Pietro Galli
Marks&Barrett
Cette pièce avec ses syncopations pourrait avoir été écrite pour Ada Clare, qui deviendra pour un temps la compagne de Gottschalk.(2)
Radieuse, Grande valse de concert

072
217
Alan Mandel
Marks&Barrett
Philip Martin
Pièce de salon publiée originellement pour quatre mains.
Rayons d'azur
1855
077 Posthume
220
Pietro Galli
Philip Martin
Interprétée la première fois au cinquième récital au Dodsworth's Hall de New York en février 1854.(5, Martin)
Reflets du passé, rêverie
<1851
028
222
Pietro Galli
Philip Martin
Composée en France, cette pièce a été inspirée par une simple ligne poétique de Victor Hugo.(2)
Réponds-moi, caprice brillant
1859
050
226
Eugène List
Philip Martin
Marks&Barrett
Composée à l'orrigine pour quatre mains à Matouba (Guadeloupe). Dédiée à Chickering en gratitude de ce facteur de piano qui aida Gottschalk à sauver sa carrière lors de l'année difficile de 1853. Gottschalk passera alors de Pleyel et Erard à Chickering. (5)(Nicholas/Martin)
Ricordati (Nocturne-Romance-Méditation)

026
227
Pietro Galli
Alan Mandel
Michael Lewin
Pièce sentimentale.
Contient une phrase tirée de "La divine comédie" de Dante en en-tête : "Il n'existe point de plus grande peine que de se remémorer, dans l'adversité, l'époque où l'on était heureux."
[ La Divine Comédie, L'Enfer, V ]
Romanze
1859-1861


Philip Martin Publiée un siècle après la mort de Gottschalk
Scènes champêtres
~1860

077
Eugène List
Pièce pour flûte, écrite pour le festival à la Havane joué par 900 participants.
Scherzo romantique
1851
073
233
Pietro Galli
Philip Martin
En référence aux scherzos de Chopin, ce dernier se rapproche plutôt des oeuvres de Rubinstein et du futur Moszkowski..(5, Martin)
Ses yeux, polka de concert
1865
066
235
Pietro Galli
Marks&Barrett
Peut être une célébration de la fin de la guerre civile.
Slumber on baby dear, la ninnarella


028

Paroles de Watson. La musique est le thème de la Berceuse.
Solitude, nocturne

065 Posthume
239
Pietro Galli
Philip Martin
Mélodie inspirée par les poésies de Lamartine qui ne quittaient jamais Gottschalk. L'oeuvre sera jouée lors du rapatriement du corps de Gottschalk aux Etats-Unis.
Songe d'une nuit d'été
1849-50

240
Philip Martin Arrangement pour piano de l'opéra d'Ambroise Thomas
Sospiro, valse poétique
1856
024
241
Pietro Galli
Philip Martin
Laure Favre-Kahn
Jouée lors des concerts au Dodsworth's Hall, le 25 janvier 1856
Souvenir de Cuba, Mazurka
1860
075
245
Pietro Galli
Philip Martin

Mazurka mélancolique rappelant Chopin. Avec "Adios a la Habana", cette pièce fut composée en prévision d'un départ finalement retardé de Cuba(2).

Souvenir de la Havane
1859
039
246
Alan Mandel
Pietro Galli
Philip Martin
Habanera langoureuse avec de nombreuses variations. Contient une section riche en syncopations.(2, 5:Martin)
Souvenir de la Suisse
1851




Souvenir de Lima, Mazurka
1855
074
247
Pietro Galli
Michael Lewin
Philip Martin
Ecrite pour son ami le général José Rufino Echenique, ex-président du Pérou qu'il évitera plus tard, une fois à Lima, lui reprochant sans doute sa nature veinale et corrompue.(2)
Souvenir de Porto-Rico, marche des gibaros
1857
031
250
Alan Mandel
Michael Lewin
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Le thème est une authentique chanson populaire puerto-ricaine.
Souvenirs d'Andalousie
1851
022
242
Pietro Galli
Philip Martin
Laure Favre-Kahn
Improvisée au théâtro del Circo de Madrid le 16/12/1851
Interprétée telle qu'elle est aujourd'hui à la soirée de gala de S.A.R.le Duc de Montpensier au palais de San Telmo à Séville le 25/08/1852.

Souvenirs de Bellini
1851

244

Introduite au deuxième concert de Gottschalk à Madrid au Coliseo del Circo le 17/12/1851. Cette pièce est basée sur des thèmes de I puritani, La Somnanbula et Norma
Suis Moi! Caprice
1861
045
253
Alan Mandel
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
Philip Martin
Ecrite durant le séjour de Gottschalk dans les Antilles, cette pièce en montre toute l'influence.
Symphonie N°1 (La Nuit des Tropiques)


255
Eugène List
Philip Martin
Symphonie en deux mouvements :
1 - Night in the tropics (Partition pour Piano arrangée par Napoleon)
2- Fête dans les tropiques
Symphonie N°2 (A Montevideo)


257
Eugène List
Jouée au Théâtre Solis à Montevideo, Uruguay, comme point d'orgue d'un festival monté par Gottschalk avec une armée de musiciens. Elle mélange les hymnes urugayiens et américains avec des réminiscences de "La nuit des tropiques". De courte durée (<13 minutes) ce n'est pas vraiment une symphonie.
Tarentelle

067
262
Marks&Barrett
Eugène List
Jouée pour un concert monstre de Rio, cette pièce connut de nombreuses arrangements (pour violon, deux pianos, orchestre...). Elle initia d'ailleurs une vague de "tarentelles" en Europe.
The dying poet, méditation
1863-1864

075
Alan Mandel
Noël Lee
Pietro Galli
Philip Martin
Ecrite avec le pseudonyme "seven octaves".
The Dying Swan

100
076
Philip Martin Encore une pièce lacrymale très accessible pour les amateurs.
The Water Sprite, Naïade, polka de salon
1853
027
296
Philip Martin Gottschalk a écrit cette pièce après une tournée peu glorieuse au printemps 1853. Après que la tournée s'arrête à Philadelphia à la fin Juin, il fut demandé à Gottschalk d'écrire trois oeuvres pour publication immédiate. Il la composa lors d'un séjour avec ses cousins à Cape May dans le New Jersey.(5) (Jeremy Nicholas /P.Martin)
Tremolo
1868
058
265
Pietro Galli
Philip Martin
Pièce inspirée par celle du même nom du violoniste De Bériot. Gottschalk l'interpréta la première fois à Buenos Aires en mars 1868. Dernière oeuvre jouée par Gottschalk avant sa mort.
Union, paraphrase de concert
1862

269
Noël Lee
Eugène List
Alan Mandel
Cécile Licad
Philip Martin
Pietro Galli
Laure Favre-Kahn
En pleine guerre de sécession, c'est une contribution de Gottschalk à l'effort de guerre, preuve des idées plutôt unionistes et abolitionnistes de Gottschalk.
La pièce fut jouée devant Lincoln en 1864.
Valse pour deux pianos
1852

282

Ecrite lors du séjour de Gottschalk dans la résidence d'été du Duc de Montpensier en Espagne.
Vision, Etude

Posthume
295
Philip Martin
Etude redécouverte récemment.
Ynès, Danza
1860

277
Michael Lewin
Philip Martin
Dance dédicacée à une jeune fille de la Havane(2). Quel séducteur !!